Pourquoi vieillit-on ?

Le vieillissement est un phénomène naturel, influencé par de nombreux facteurs

Le vieillissement, ou sénescence, est un phénomène biologique qui impacte l'ensemble des cellules de l'organisme. Ce processus naturel et multifactoriel se manifeste par une diminution progressive de la vitalité et des différentes fonctions du corps.


Les facteurs de vieillissement génétiques

Les facteurs de vieillissement les plus discriminants sont d'ordre génétique. Les télomères, structures de ribonucléoprotéines non codantes présentes sur chaque chromosome, raccourcissent lors de chaque réplication cellulaire, jusqu'à une longueur critique qui ne permet plus à la cellule de se reproduire.


La longueur des télomères constitue une forme d'horloge biologique programmée, qui conditionne la longévité par le nombre maximal de réplications de chaque cellule.

La limite de Hayflick

Leonard Hayflick est un microbiologiste américain dont les travaux s’articulent autour de la biologie cellulaire. En 1965, il a mis en évidence que les cellules différenciées cultivées in vitro ne se répliquaient qu’un nombre limité de fois : c'est la limite de Hayflick.


Les observations in vitro de Hayflick sont également observées in vivo

Le phénomène observé in vitro est également constaté in vivo. La conséquence pratique est que, même en l’absence de toute maladie ou accident, la durée de vie est limitée par le nombre de réplications des cellules.


Il existe toutefois quelques rares exceptions de cellules qui se soustraient à la limite de Hayflick. Il s’agit des cellules souches, par essence non différenciées, et de cellules cancéreuses (et donc modifiées par rapport à leur comportement initial) comme les cellules HeLa.

L’hypothèse télomérique de Olovnikov

C’est le biologiste russe Alekseï Matveïevitch Olovnikov qui a établi en 1971 la conjecture du lien entre la limite du nombre de réplications des cellules et le raccourcissement des télomères lors de chaque copie. Ce phénomène a été confirmé par Elizabeth Blackburn, Carol Greider et Jack Szostak, qui ont reçu en 2009 le prix Prix Nobel de physiologie ou médecine pour ces travaux.


Vieillissement et équilibre hormonal

Avec l'age, l'équilibre hormonal évolue. De nombreuses hormones voient leur taux diminuer, parfois drastiquement, avec pour conséquences une diminution du métabolisme cellulaire.


Il s'en suit un ralentissement des différentes fonctions biologiques, dont l'effet visible se manifeste souvent sous la forme de changements comportementaux (baisse de la libido, manque d'entrain …) et de modifications dans la composition corporelle. Il est en effet fréquent de constater une prise de poids avec les années, en conséquence d’une alimentation mal adaptée aux évolutions des besoins de l’organisme.


Ce ralentissement global concerne également les fonctions non visibles, comme par exemple le système immunitaire qui devient graduellement moins réactif aux agressions.


Facteurs environnementaux

L'exposition à la pollution fait partie des facteurs qui impactent sur le vieillissement

De très nombreux facteurs environnementaux et épigénétiques impactent le vieillissement. Ils regroupent l'ensemble des éléments auquel l'organisme est exposé durant sa vie. On compte par exemple parmi ces facteurs l'alimentation, la pollution, le tabagisme, mais aussi le stress ou l'anxiété.


La somme des facteurs environnementaux cumulés représente une quantité variable de radicaux libres, qui génèrent un stress oxydatif agressif pour les cellules, et qui accélère le vieillissement.

Dernière mise à jour : 7/01/2019

retour à la liste des articles Connaissances théoriques