Cholestérol : quel est le problème ?

Faut-il avoir peur du cholestérol ?

Le cholestérol fait peur. Pourtant, il s'agit d'une molécule essentielle pour l'organisme, qui entre en jeu dans de nombreux processus biochimiques vitaux. Il ne doit donc pas être aveuglément diabolisé. Le cholestérol peut cependant poser problème lorsqu'il est présent en excès dans le sang, auquel cas il est associé à un accroissement du risque d’athérosclérose, elle-même susceptible de provoquer infarctus ou accidents vasculaires cérébraux par le biais de la formation de caillots de sang.


Bon et mauvais cholestérol

Le problème que peut poser le cholestérol ne s'articule pas tant autour du cholestérol en lui-même, qu'autour de ses transporteurs. Le mécanisme de transport du cholestérol dans le sang fait appel à différentes lipoprotéines, dont le HDL et le LDL, communément appelés respectivement "bon cholestérol" et "mauvais cholestérol". Une façon de vulgariser le rôle de ces transporteurs serait de considérer le LDL comme apportant le cholestérol dans le sang, alors que le HDL le retire. Le taux de cholestérol sanguin est donc lié à l'équilibre entre HDL et LDL, et un excès de LDL ou un déficit de HDL se traduit donc par une augmentation du taux de cholestérol sanguin.


D'où vient le cholestérol ?

Le cholestérol est pour partie apporté par l'alimentation, et pour autre partie (très majoritaire) produite par l'organisme, notamment au niveau du foie. Les sécrétions endogènes de cholestérol ainsi que les mécanismes d'excrétion et de recapture au niveau du système digestif régulent le cholestérol total. Cependant l'alimentation reste un levier qui permet de moduler dans une certaine mesure le taux de cholestérol global.


Cholestérol : une affaire non classée

Les connaissances sur le sujet évoluent, et, à ce jour, le cas du cholestérol divise. Certaines analyses récentes tendent à remettre en question la corrélation précédemment établie entre un taux de cholestérol élevé et un accroissement du risque cardiovasculaire, et suggèrent que le cholestérol pourrait ne pas être la cause directe de l’athérosclérose :


« Chez l'homme, [...] la sévérité de l’athérosclérose observée lors des autopsies n'est pas proportionnelle à la quantité de cholestérol présent dans le sang. »1


« Le cholestérol est tout au plus un facteur de risque mineur dans le développement d'une maladie coronarienne, et ce n'est pas parce qu'une personne présente un taux de cholestérol élevé qu'elle a plus de risques qu'une autre d'être victime d'une crise cardiaque. »2


Bien sûr, ces études doivent être abordées avec discernement. Elles montrent toutefois que la recherche avance autour de ce sujet, et que les mécanismes mis en jeu sont probablement plus complexes que ce qui avait été envisagé jusqu'alors.


Comment réduire le risque cardiovasculaire ?

L'activité physique est très bénéfique pour la santé cardiovasculaire

En dépit du fait que le cas du cholestérol ne soit pas pleinement élucidé, les connaissances actuelles permettent d'établir avec certitude que le risque cardiovasculaire est lié à la qualité du mode de vie. En première ligne, il est essentiel d'adopter une alimentation de qualité et sans apports excessifs de cholestérol. De nombreux autres facteurs jouent également un rôle important sur la prévention du risque cardiovasculaire : un exercice physique régulier et suffisant, la gestion du stress (en tâchant d'aborder la vie d'une manière plus sereine, autant que faire se peut), ou encore la suppression du tabagisme.

Dernière mise à jour : 30/01/2019

retour à la liste des articles Santé et bien-être